Mag - Mag7_8

Publié le 29 novembre 2023 Mis à jour le 29 novembre 2023

L’inconnu du tramway : tranches de vie dans les rames

 

Rencontre avec Allan, qui depuis 10 ans photographie et interviewe des usagers des transports en commun sur le réseau nantais, au hasard des opportunités. Des instantanés de vie, souvent émouvants, à retrouver sur son site internet L’inconnu du tramway.

« Je suis sans doute la seule personne qui, en entrant dans le tram, enlève ses écouteurs ! », sourit Allan. Depuis 2013, ce photographe amateur va à la rencontre des usagers du réseau, dont il tire le portrait dans un beau noir et blanc intemporel, agrémenté d’un petit texte présentant la personne, qu’il met en ligne sur son site internet. Aujourd’hui, L’inconnu du tramway compile pas moins de 900 visages et autant d’histoires de vie, qui témoignent d’instants du quotidien.

« Le tramway, ce n’est pas comme le train. On n’a d’ordinaire pas le temps de discuter et il faut briser la glace. Mais une fois que je discute avec les gens, le temps de parfois seulement deux ou trois arrêts, ils n’hésitent pas à se confier ». Ainsi, sur le site d’Allan, on découvre un incroyable éventail de personnalités, de l’étudiant au retraité, de l’ouvrier au cadre, du salarié travaillant dans le secteur privé comme public au demandeur d’emploi.

La force de la rencontre humaine
« C’est la grande force des transports en commun : tout le monde les emprunte, moi le premier, qui n’ai passé mon permis voiture qu’à l’âge de 28 ans », confie celui qui en compte aujourd’hui 41. Ingénieur en informatique, Allan ne pensait pas, lorsqu’il a lancé son projet en s’inspirant d’une initiative du même genre à Paris, dans le métro, continuer si longtemps. « L’idée était à la base surtout de m’améliorer en photo, pour sortir des incontournables photos de famille. Mais peu à peu, je me suis rendu compte qu’au-delà de l’aspect artistique, c’est vraiment la rencontre humaine qui prime. J’ai toujours de très bons retours des personnes dont j’ai fait le portrait. Certains sont devenus des amis, et la plupart me saluent lorsqu’on se recroise dans les transports ». Des « inconnus » qui, grâce au travail d’Allan, le sont un peu moins pour nous tous…