Mag - Mag5_8

Publié le 28 juin 2023 Mis à jour le 28 juin 2023

Responsabilité sociétale des entreprises : la Semitan s’engage

 

Plus jeune conducteur de la Semitan en 1985 lors du retour du tramway à Nantes, Pascal Moyon, 63 ans, a eu l’immense plaisir, ce printemps, de prendre les commandes des nouvelles rames Citadis lors d’essais à La Rochelle.

« C’est un grand honneur d’avoir été le premier conducteur de la Semitan à conduire le tramway nouvelle génération Citadis ! Il est formidable, agréable, très spacieux » se réjouit Pascal Moyon. Entré à la Semitan en 1982 à 22 ans, il est alors le plus jeune conducteur de l’entreprise. « À 63 ans, je suis aujourd’hui le plus ancien, la boucle est bouclée. » Il se souvient parfaitement du retour du tramway à Nantes en 1984, après 26 ans d’absence : « C’était l’euphorie. À cette époque, nous étions 130 conducteurs… Habilité à la conduite du tramway en novembre 1984, je suis le seul qui reste aujourd’hui. »

Des améliorations techniques et de confort
En 40 ans, le matériel a beaucoup évolué, améliorant tout autant les conditions de travail des conducteurs que le confort des passagers. « Dans les nouvelles rames, la cabine conducteur est vraiment agréable et les commandes sont mieux pensées. Nous n’avons par exemple plus la « pédale de l’homme mort », la pédale de veille. Aujourd’hui, la veille au pied est interdite, sur le modèle de ce qui se fait dans les trains. Il y a eu aussi des améliorations sur les portes, les freins, les rétroviseurs, et plus d’espace pour les voyageurs. J’espère que les nouvelles rames seront aussi solides que les anciennes, c’était du bon matériel. »

« Toujours sur le chemin de l’amélioration »
Les évolutions dépassent le seul cadre du nouveau tramway. « Pour éviter les accidents aux carrefours, un gros travail de signalisation a été fait depuis plusieurs années. L’arrivée des Chronobus en 2012 a aussi été très bénéfique, pour les conducteurs comme pour les clients. Plus de passages, moins de retards… Tout est plus souple dans un centre-ville apaisé, et le réseau va encore se développer avec plein de projets importants à venir. On est toujours sur le chemin de l’amélioration ! » En attendant, Pascal Moyon a eu le grand plaisir de participer aux premiers essais à blanc des nouvelles rames, très précisément dans la nuit du 4 au 5 juin sur la ligne 2, entre 2h et 4h du matin.